Historique

Un beau projet.

Le Jardin d’Avenir est né en 2005. Ce fut un projet porté par un groupe d’habitants des Monts du Lyonnais. Sur ce territoire, il n’existait pas d’associations d’insertion. Dès l’origine, les fondateurs ont voulu que le Jardin d’Avenir accueille à parts égales des femmes et des hommes. Trouver un lieu d’implantation fut un premier défi. Après plusieurs mois de recherches, le Jardin d’Avenir parvint enfin à obtenir son espace de maraîchage tant espéré (et qui est toujours celui occupé aujourd’hui). Ce terrain était déjà cultivé en maraîchage biologique par le passé, ce qui garantissait une bonne qualité de légumes (point très important pour les porteurs du projet).

Nous  avons voulu que le Jardin d’Avenir fasse partie du Réseau Cocagne. Cela nous a permis de bénéficier de l’expertise de ce réseau pour le démarrage de l’activité. En participant aux forums organisés tous les ans par le Réseau Cocagne, les encadrants ont pu confronter leur expérience avec celles des autres jardins et ont ainsi pu progresser dans leurs démarches. Le Jardin d’Avenir a même accueilli un de ces forums à St-Martin-en-Haut il y a quelques temps.

Dès la première année de démarrage, 8 jardiniers en insertion ont été accueillis par l’équipe d’encadrants composée : d’un directeur, d’un maraîcher référent, d’une animatrice réseau et d’une conseillère en insertion socioprofessionnelle. Une petite centaine d’adhérents/consommateurs ont permis la distribution et surtout la vente des légumes cultivés lors de cette première année.

Un des principaux défi fut de s’atteler à l’aménagement des locaux : transformation de la grange en bureaux, salle de réunion, vestiaires et sanitaires pour les jardiniers, chambre froide … Suite à un projet de traction attelée, il fallut construire un abri pour les chevaux. Mais les travaux ne s’arrêtèrent pas là! Grâce à la participation active d’administrateurs et agriculteurs du secteur, de nombreuses serres furent mises en place pour pouvoir développer la production des légumes. Ainsi de 3 serres au départ, le Jardin d’Avenir compte désormais 17 serres. L’irrigation fut complètement repensée avec l’installation d’un réseau  « goutte à goutte » et le creusement d’un bassin. 5 poulaillers furent installés pour accueillir aujourd’hui les 250 poules qui garnissent vos paniers d’œufs. Bien sûr, tout ceci s’est étalé sur plusieurs années! Et l’amélioration des locaux est toujours d’actualité.

Administrativement,  le monde de l’insertion avec ses multiples réseaux institutionnels fut une découverte pour la plupart d’entre nous. Il fallut s’atteler à l’élaboration de projets avec des financements nationaux et européens, à la recherche de subventions auprès d’organismes officiels (départements, régions …) et privés (caisse d’épargne, fondation EDF, autres entreprises du secteur…). Cependant, il est à noter que le Jardin d’Avenir a toujours eu d’excellentes relations avec la Direction du Travail grâce aux résultats obtenus en termes de sorties vers l’emploi et/ou la formation des jardiniers en insertion.